IIème Commandement Anoccita: Encourage les producteurs locaux: Chouche

IIème Commandement Anoccita: Encourage les producteurs locaux: Chouchenn, Cidre, Lambig tu te régaleras.

Adoptez la Bretagne et goûtez ses délicieuses eaux-de-vie à base de pommes !

« On découvre un pays, une région par sa gastronomie, ses plats traditionnels et surtout… ses liqueurs ».

En effet, il vous suffit de goûter une boisson typique de cette région pour qu’ensuite vos papilles commencent à apprécier ses délices et que vous vous rappeliez instantanément de cette ville aux mille merveilles. 

C’est en tout cas ce que nous inspirent les eaux-de-vie bretonnes à base de pommes. Quelques gorgées de cidre, lambig ou chouchenn suffisent pour que je repense à la Bretagne, cette région qui séduit avec sa gastronomie unique, savoureuse et incomparable. 

Certes, la France dispose de nombreuses autres boissons et liqueurs de qualité, mais les spécialités bretonnes sont tout simplement les meilleures. Vous ne me croyez pas ?

Je vous invite à découvrir les eaux-de-vie fabriquées en Bretagne suivant des savoir-faire artisanaux transmis de génération en génération, et ce depuis des décennies. 


Le cidre, une boisson populaire en Bretagne

Le cidre figure bien parmi les boissons les plus populaires à base de pommes au sein des communes bretonnes. Un pur délice gastronomique, il s’obtient à l’issue d’un processus de fermentation rigoureux. 

Mais qu’est-ce qui fait que le cidre produit en Bretagne se distingue des autres cidres français et de tout autre type de cidre dans le monde ?

Eh bien, le cidre de la Bretagne séduit les amateurs de la gastronomie par les saveurs subtiles qu’il délivre. D’ailleurs, à l’image d’un bon vin qui devient plus délicieux en vieillissant, sa préparation dure de longues semaines afin d’obtenir une boisson de meilleure qualité. 

Nous retenons trois principaux types de cidres bretons en fonction de son processus de fermentation :

  • Le cidre doux avec quelques notes sucrées en bouche et qui ne contient que 3° d’alcool tout au plus ;
  • Le cidre demi-sec aux goûts plus prononcés d’un degré d’alcool aux alentours de 4° ;
  • Le cidre brut dont le degré d’alcool peut atteindre les 6°. 

Ainsi, si vous êtes du genre à apprécier les eaux-de-vie moins fortes, optez pour un verre de cidre doux. Par contre, pour plus de sensations fortes, n’hésitez pas à prendre un bon cocktail de cidre brut. ☺


Des appellations officielles pour des cidres exceptionnels

La gastronomie bretonne, c’est tout un art culinaire qui mérite d’être conservé et protégé. Et c’est d’ailleurs l’objectif des appellations officielles : conserver les valeurs d’un produit de terroir en fonction de ses origines, ses goûts spécifiques et les méthodes utilisées pour sa fabrication et sa conservation. 

En parlant d’eau de vie à base de pommes, la Bretagne possède deux SIQO ou Signes d’Identification de la Qualité et de l’Origine. 

  • L’IGP Cidre breton obtenu en 2018 ;
  • L’AOP Cornouaille obtenue en 1996.

L’IGP Cidre breton/Cidre de la Bretagne

En demandant à déguster un verre de Cidre Breton IGP, vous vous apprêtez à goûter à la meilleure des eaux-de-vie bretonnes obtenues à partir de la fermentation des pommes. Cette appellation fait en effet allusion à une indication protégée qui concerne toutes les cidres fabriqués sur le territoire breton, un peu comme nos masques artisanaux 100 % breton. 

Ainsi, un cidre ne peut se faire appeler « Cidre Breton » que s’il est fabriqué à partir des pommes récoltées dans les communes bretonnes et produites dans la Bretagne. Mais comment le reconnaître sur le marché ?

Vous le reconnaitrez par sa couleur légèrement ambrée allant du jaune au brun acajou. Ses arômes sont riches, subtils, rustiques, avec quelques notes de fleurs et de fruits frais. Selon le type de cidre, il conserve des goûts sucrés, acidulés, astringents ou un peu amers. 

L’AOP de Cornouaille

Zoom aux alentours de la région de Quimper où des producteurs locaux s’efforcent de produire du cidre d’appellation d’origine protégée depuis 1996 : l’AOP de Cornouaille. 

Il s’agit notamment d’un cidre de pommes qui regroupe les spécificités de 38 communes de Quimper et qui respecte plusieurs critères relatifs à son origine : un ensoleillement optimal, une pluviométrie contrôlée ou encore l’altitude du terrain et ses caractères géologiques. 

Comment le reconnait-on ? 

Observez votre verre de cidre de Cornouaille, il doit être assez limpide avec une couleur légèrement dorée orangée. Mousse et bulles peuvent aussi se manifester d’un premier coup d’œil. 

Au nez, le cidre demi-sec s’apprécie pour ses arômes fruités, épicés et floraux. En bouche, il évoque un goût très fruité, avec quelques notes d’astringence. 


Le Chouchenn, l’hydromel de la Bretagne

Chouchenn ou Chouchen, peu importe, ces deux appellations vous feront penser à cet hydromel typique de la gastronomie bretonne. Certains habitués de la Bretagne ont même l’habitude de l’appeler « vin de miel breton », un nom qui va de pair avec sa couleur relativement proche de celle du miel. 

N’est-vous pas curieux (se) de connaître ses spécificités ?

Eh bien, le Chouchenn s’obtient à l’issue d’un mélange d’eau, de miel et de levure. Son taux d’alcool tourne aux alentours des 14°C, soit plus du double d’un cidre brut. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il entre dans la catégorie des « alcools bretons ». 

Afin de créer plusieurs variétés de Chouchen, certains producteurs bretons ont pris l’habitude de remplacer l’eau minérale par du cidre, du moût de pomme ou encore du jus de pomme. Ils obtiennent ainsi une boisson aux goûts plus prononcés à base d’eaux-de-vie de pommes. 

Comment devriez-vous le déguster ?

D’abord, vous êtes libre de boire du chouchen frais, sans autre composant idéalement à une température inférieure à 10°C, soit sans glaçon. Vous pouvez l’accompagner avec des plats sucrés, des entrées et des desserts riches en fruits. 

Vous pouvez aussi le mélanger à d’autres ingrédients pour en obtenir d’autres liqueurs typiques de la Bretagne. Goûtez donc au fameux Kir Breton (1/3 de chouchen, 2/3 d’eau chaude, 1 cuillère de miel, un peu de citron) ou au Punch Breton (1/3 de chouchen, 1/3 de rhum blanc, 1/3 de sucre de canne liquide, de la glace pilée et du jus de citron).


La Lambig ou la Fine de Bretagne

Pour ceux qui ne jurent que par le Calvados de Normandie, ce célèbre spiritueux obtenu par distillation du cidre, sachez que la Bretagne dispose aussi de son propre « Calvados » : la Lambig ou la Fine de Bretagne. Cette boisson a même obtenu une AOC ou Appellation d’Origine Contrôlée en 2015. 

Symbole de la Bretonne d’autan, la lambig s’obtient à l’issue d’un processus de distillation rigoureux. À sa sortie de l’alambic, sa température peut atteindre les 40°C. Les producteurs locaux rajoutent ensuite de l’eau pour équilibrer le dosage, puis les conservent dans des fûts de chêne sur de longs mois. 

Au final, vous profitez d’une délicieuse boisson aux arômes légèrement boisés et qui conserve le goût dominant des pommes fermentées. 

Articles Récents